25 janvier 2014 ~ 0 Commentaire

BERLIN MERCREDI 22 JANVIER

Nous nous sommes  retrouvés au lycée de Dabendorf vers 9h . Tous étaient

contents de se retrouver, d’échanger leurs premières impressions. .Après un rapide

discours de bienvenue de la part du proviseur et quelques rapides présentations de

Berlin de la part des correspondants allemands , nous avons pris le train pour

rejoindre la capitale où nous avons visité une magnifique exposition près de la

Potsdamer Platz :les photographies de BARBARA KLEMM. Après deux bonnes

heures de visite guidée ( même les plus courageux commençaient à être fatigués et

à avoir faim ), le quartier libre a commencé et les élèves sont partis par petits

groupes franco allemands , numéros de portables des professeurs enregistrés au

cas où…ils n’ont pas trop servi…

Nous n’avons pas eu trop d’échos de leur première réelle soirée en famille : certains

ont fait des jeux de société , d’autres se sont retrouvés chez des amis des

correspondants .Ce dont nous sommes sûres , c’est qu’ils ont parlé ! Allemand ,

français , voire anglais quand cela ne marchait vraiment pas .

 

Barbara Klemm ou le goût du détail intime parmi la foule

BERLIN MERCREDI 22 JANVIER  4435_c6ea6c6f5cc8_230            

Jusqu’au 9 mars se tient au Martin Gropius Bau l’exposition Barbara Klemm. Fotographien 1968-2013, une large rétrospective du travail de la célèbre photographe allemande. Elle regroupe près de 320 clichés qui constituent un précieux portrait historique et sociologique de l’Allemagne contemporaine. Barbara Klemm propose une vision originale et pluridirectionnelle sur ce qui fait l’Allemagne, ses hommes politiques, ses artistes et ses citoyens.

Barbara Klemm: Joseph Beuys im Martin-Gropius-BauBerlin, 1982 © Barbara Klemm

Née à Münster en 1939, elle est la fille de Fritz Klemm, peintre et professeur à l’Akademie der Kunst de Karlsruhe. De 1959 à 2004, elle travaille pour le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), réalisant à travers l’Union soviétique, la Chine, l’Iran ou encore l’Afrique plusieurs milliers de photographies. Elle connaît la consécration en 1973 avec la publication des clichés de Leonid Brejnev et Willy Brandt. Alors secrétaire générale du Comité central, Brejnev est accueilli chez Willy Brandt, le chancelier de la République fédérale d’Allemagne. A contrario de leurs prédécesseurs ils entretiennent tout au long de leurs mandats respectifs une relation si ce n’est chaleureuse du moins bienveillante qui permettra la reconnaissance officielle de la RDA par la RFA. Barbara Klemm: Leonid Breschnew, Willy Brandt Bonn, 1973 © Barbara Klemm

Les portraits politiques de Klemm cristallisent ce qui fait son originalité : : derrière le spectaculaire politique, l’échange intime. Selon Hans Michael Koetzle qui s’est entretenu avec la photographe en avril 2013, il réside dans son travail une « sorte de suspense »,  le punctum y est à la fois fuyant et précis. Ainsi, « bien que la plupart de ses photographies soient fortement politiques, elles sont toujours personnelles » écrit-il dans le catalogue de l’exposition.

Le Punctum :   Du latin « Punctum », soit le point. Théorisé par Roland Barthes dans La Chambre claire, le   punctum constitue ce « détail (non) intentionnel » qui pourvoie au   cliché « un champ aveugle » qui fait vivre la photographie pour celui   qui la regarde. « Piqûre, petit trou, petite tache, petite coupure – et aussi   coup de dés. Le punctum d’une photo, c’est ce hasard qui, en elle, me point   (mais aussi me meurtrit, me poigne) ». Les mains en mouvement du   cinéaste Alfred Hitchcock, le talon déchaussé de cette femme ennuyée au   musée, la mine amusée de cette petite fille replète sur les marches d’un perron   de Rostock en 1974 forment autant de punctums dans les clichés de Barbara   Klemm.

De son père peintre, Klemm garde un goût particulier pour la composition et la structure. C’est l’attente et le « Kairos » (l’occasion opportune) qui guident son sens de l’esthétique. Refusant l’usage du flash, elle définit la « lumière disponible » comme un motif de sa méthode photographique.

Une méthode particulièrement novatrice dans le monde du photojournalisme où la performance et le souci de rapidité dictent souvent le travail du photographe. Les clichés de Klemm dans leur force insulaire présentent en une seule image des paysages et des histoires. Cette authenticité, c’est au prix d’un long et précautionneux travail de terrain qu’elle la découvre. Confessant sa peur d’un certain professionnalisme qui s’avérerait plus handicapant que productif, Klemm chargé d’un matériel léger et minimal arpente les toits et les rues munie de son Leica. Le photojournalisme de Barbara Klemm nouant l’intime à l’universel devient une œuvre d’art à part entière.

AR

 

- See more at: http://www.vivreaberlin.com/barbara-klemm-ou-le-gout-du-detail-intime-parmi-la-foule.html#sthash.q3eHWlYL.dpuf

Photo de groupe au Bundestag Berlin sous la neige

Au travail En dance

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Imnotaprettyblogger. |
Be skinny, be perfect. |
ALAE et ALSH du Pays de Tar... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Options For Programs In for...
| Cake & Fruit
| Actus Infos